to top

« Pop goes my hamstrings! »

Cela fait un petit moment que je me suis absentée du blog. Je me suis récemment blessée dans un cours de yoga et pour être honnête, l’absence de pratique m’a bloqué la plume. Je me rends compte à quel point mes deux passions sont liées!

Je n’ai pas écrit parce que j’étais dans la phase « j’en ai marre et je me plains de tout ». Ce n’est pas mon objectif de partager le négatif avec vous, bien au contraire! J’ai donc préféré rester silencieuse un petit moment.

Alors voilà, il y a environ deux mois, j’ai effectué Prasarita Padottanasana (debout les jambes écartées, on descend le buste en avant jusqu’à poser la tête sur le sol). J’ai entendu « POP, Pop pop » au moment où ma tête s’est posée sur le sol. Sur le coup, je n’étais pas certaine de ce que c’était. Les larmes me sont tout de même montées, non pas à cause de la douleur mais après avoir réalisé que je ne pratiquerai probablement plus pendant un moment.

Verdict: déchirure du muscle ischio-jambier (tout l’arrière de la cuisse, de la fesse jusqu’au genou). Mon médecin m’annonce un mois de repos total. Aujourd’hui, cela fait presque deux mois et je me rends compte que je n’ai probablement fait que la moitié du chemin.

Un processus long

Mais je ne souhaite pas m’étaler sur ma blessure ici, plutôt sur le processus de guérison.

Pendant un temps, je vous avoue avoir pas mal tourné en rond. La première semaine, je l’ai passé sur le canapé à ne pas pouvoir bouger. Pour me divertir et essayé de garder le moral, j’ai du enregistré une bonne vingtaine de Dubsmash, regardé des petites séries très girly et quelques films romantiques de Hugh Grant (Dont « le come back » pour celles qui ont remarqué la référence au titre de mon article)!

Les premières semaines, je voyais en mon kiné une espèce de dieu vivant avec lequel il fallait que je sois très gentille car c’est LUI qui allait me guérir. Plus le temps passe, plus je me rends compte que ce n’est pas un petit massage de dix minutes deux fois par semaine accompagné de quelques petits exercices qui vont me remettre sur pieds. Cela m’aide, certes, mais ce n’est pas suffisant. La seule personne capable de me soigner, c’est moi-même. D’une part en faisant cette rééducation tous les jours, à la maison. Et d’autre part en écoutant mon corps: si j’ai mal je me repose et si je n’ai pas mal je fais attention. Alors oui, ce processus inclut de faire des exercices plus qu’ennuyeux et de manière répétitive. Mais au moins je les fais en toute conscience. Il faut tout simplement prendre son mal en patience et ne pas se décourager.

Le plus difficile, ce sont les rechutes. Lorsque cela arrive, Grrrrr!  Je me remets en question, je m’accuse d’avoir forcé alors que je sais pertinemment avoir fait attention, je m’en veux d’avoir cette blessure qui n’en finit pas, et je n’ai qu’une envie: revenir en arrière, le soir de la blessure pour l’éviter. Pourtant… Lorsque j’y réfléchis, c’est un mal pour un bien, non? J’apprends désormais le sens réel de la phrase « écouter son corps » car j’y suis désormais confrontée.

Aujourd’hui je vous rassure, je suis beaucoup plus active! J’ai pu reprendre le sport en douceur. Mais je suis confrontée à une blessure qui m’handicape dans ma pratique du yoga. Alors j’apprends le yoga sans Adho Muka Svanasana, sans Uttanasana ni aucune autre flexion en avant. Je pratique du yoga restoratif, du yoga doux et donc principalement des postures assises. Ou alors debout mais que d’un côté (moyen moyen pour l’équilibre quand même)! Je fais de la méditation, des exercices de respiration et je me suis mise au yoga nidra (yoga du sommeil).

Cette blessure me donne également l’opportunité de découvrir d’autres activités: je me suis abonnée au tout nouveau Zippypass, et j’ai pris lundi mon 1er cours de boxe. Je crois que cela faisait au moins cinq ans que je me disais « tiens, et si j’essayais la boxe? » Et bien voilà, chose dite, chose faite, avec un peu (beaucoup) de retard!

Comment éviter les blessures?

flora_yoga_eviter_blessuresCette période m’a laissé le temps de réfléchir. Lorsque je reprendrai une pratique dynamique, comment éviter de me faire mal à nouveau?

  • Accepter ses limites:  Haaaa…. Combien de fois ai-je entendu cette phrase? Et combien de fois l’ai-je dite? Aujourd’hui, ces mots s’imprègnent en moi plus que jamais, et pour la première fois je prends réellement conscience de leur signification.
  • Ranger son égo: lors d’un cours de yoga, on peut avoir tendance à regarder ce que fait la voisine et de se comparer. Certaines salles de yoga ont même installé des miroirs pour que les personnes puissent observer leurs mouvements. Tout cela entraine la peur de ne pas être assez souple par rapport à notre voisine et donc l’envie d’aller plus loin malgré les limites de notre corps ! 

Ma leçon: rester dans sa tête et dans son corps. Après tout, c’est NOTRE pratique!

Flora

Flora Guillemin

Le yoga occupe une place importante dans ma vie. Sur ce blog, je partage avec vous mes expériences et mes conseils pour pratiquer en toute sérénité!

  • AliceQc

    Bon, faisons donc un club! Parce que c’est assez hallucinant l’hécatombe en ce moment!
    En tout cas je te comprends fort. Tendinite à l’épaule, on m’avait dit 4 à 6 semaines, ça fait 3 mois. J’ai recommencé les postures sur les bras la semaines dernière.
    La frustration, la colère l’impatience, mais aussi l’impression d’apprendre réellement à m’écouter et de mieux comprendre comment fonctionne mon corps.
    Courage, tout est impermanent (même les blessures)!

    18 juin 2015 at 13 h 21 min Répondre
  • Tiphaine

    Bon rétablissement à toi Flora! C’est pas drôle mais tu vois, tu commences déjà à en tirer pleins de bénéfices (boxe, découverte de nouveaux yogas, etc…) courage! 🙂
    (mais le « Pop, pop, pop » doit quand même faire vachement flipper!!)

    Tiphaine

    18 juin 2015 at 15 h 02 min Répondre
  • Laura

    Aïe…
    Je connais aussi le « pop pop pop », enfin presque, car de mon côté il n’y avait pas eu de bruit (je crois) juste cette douleur soudaine dans l’ischio droit de ma jambe en essayant de la mettre derrière ma tête. Heureusement, ce n’était pas si grave que toi – j’étais en plein TTC à l’époque et je me suis juste arrêtée de pratiquer 3 jours, avant de reprendre doucement. Néanmoins j’ai toujours une gêne derrière la jambe dans certaines postures pourtant assez basiques – lé bébé heureux par exemple. C’est plutôt le bébé malheureux maintenant.

    Bref comme tu l’as médité, les blessures sont une façon pour le corps de nous dire « hého écoute-moi maintenant » ! (Il aurait quand même pu passer un coup de fil avant…) mais bon. Comme on dit : le pessimiste voit la difficulté dans l’opportunité, l’optimiste voit l’opportunité dans la difficulté (si si c’est dans le métro parisien en ce moment).

    Ps : j’adooooooore le Come Back et je me disais bien en lisant ton titre que ça me parlait ! La semaine dernière encore je chantais toute seule chez moi « I’ve been living with the shadow overhead…. ». Haha, quand on se fait pas mal sur le tapis on torture les oreilles des autres !

    Remets toi bien
    Bises
    Laura

    19 juin 2015 at 13 h 44 min Répondre
      • Laura

        Ah tiens ça m’intéresse ce que tu dis… cette blessure date de février. Non seulement l’endroit précis où j’ai ressenti la douleur est tjs resté très sensible, mais en plus et comme tu le dis la sensation de raideur (des 2 côtés par contre) est quasi quotidienne depuis que ma pratique est plus intense. Un peu comme si j’avais des courbatures en permanence… ce qui d un cote me paraît normal et d un autre côté très curieux, à priori le corps devrait s habituer et pourtant au niveau de ces fameux ischios jambiers c’est permanent. Est ce que c est ce qu’on t’a dit aussi ?

        22 juin 2015 at 23 h 20 min Répondre
  • Céline

    Je te souhaite un bon rétablissement Flora et beaucoup de patience !
    Je me suis fait une micro-déchirure de l’ischio-jambier en dansant, il y a quelques années et ça a été long avant que je m’en remette complètement… je m’en suis pas mal voulue à l’époque parce que je n’avais pas respecté mes limites justement et d’autant plus que je suis censée bien les connaître puisque ça fait partie de mon métier. Mon corps est mon outil de travail et j’ai donc beaucoup culpabilisé… mais j’en ai tiré des leçons dont celle d’être indulgent envers soi-même, personne n’est parfait et quand on pratique beaucoup une activité, on a tendance à oublier qu’on n’est pas à l’abri de blessures ou de faiblesses.
    Bon courage et bon we ! 😉

    19 juin 2015 at 13 h 47 min Répondre
  • OnlagGirl

    C’est long les guérisons mais a ce que je vois tu as su rebondir. La boxe! Wahou ça doit être super. J’aime bien les vidéos fitness basé sur des mouvement de combat mais j’avoue ne pas être interessé plus que ça à pratiquer une vrai sport de combat. Quand j’étais plus jeune, j’ai pratiqué du Tae Kwen Do (je sais plus l’orthographe) pendant des activités de vacances mais j’aimais surtout le fait de taper sur des trucs en mousses pas sur des vrais personnes.
    En tout cas, bravo pour cette reprise. ça t’as permis de te lancer dans quelques choses que tu n’avais pas pris le temps de lancer.
    Bon courage pour la suite.

    26 juin 2015 at 15 h 38 min Répondre
  • Emilie - My Happy Yoga

    Hello Flora! Comment te sens-tu depuis l’écriture de l’article? Tu as repris un peu le yoga? C’est marrant mais, comme dirait Alice, on pourrait monter un club! Jusqu’ici je ne m’étais jamais fait mal en yoga. J’ai toujours des petites douleurs aux épaules. J’y pensais en pratiquant, je me disais qu’il fallait que j’y aille tranquille. Il y a 2 mois, je bossais pas mal le corbeau, chien tête en bas ou toute autre posture avec appui sur les mains qui demandaient une bonne force physique. Sauf que mes petits bras de poulet sont ce qu’ils sont yoga ou pas 🙂 Et puis cela fait près de 3 semaines que je n’ai pas pratiqué le yoga car j’avais besoin d’un break. Je me suis plutôt tournée vers la méditation. Mais pendant ces 3 semaines et aujourd’hui encore, j’ai une grosse douleur à l’épaule gauche qui peut me réveiller en pleine nuit. Et là je commence à comprendre cette sensation. Ce truc de se demander si on pourra reprendre, et quand. Et surtout, si on pourra reprendre comme avant, faire les mêmes choses.. Je ne suis pas encore allée voir de doc pour mon épaule, j’attends de voir comment la douleur évolue mais je ne me suis pas remise à pratiquer encore. Bref, tout ça pour dire que je compatis et que je te souhaite un bon rétablissement! Et si tu ne peux pas pratiquer le yoga, la méditation peut t’être utile. Moi elle m’aide pas mal 🙂 A bientôt Flora

    6 juillet 2015 at 11 h 11 min Répondre

Leave a Comment